Journée mondiale de l’orgasme

Journée de l'orgasme ou comment sauver l'humanité par le plaisir

 

La journée mondiale de l’orgasme, Global Orgasm for World Peace en version originale, est fêtée le 21 ou 22 décembre.

 


Elle a été initiée en 2006 par deux américains qui, persuadés que le plaisir sexuel peut amener tout un chacun à être plus heureux grâce aux pensées positives qu’il génère, brandissent l’orgasme comme un antidote à la violence dans le monde.

 

 

Journée pour la paix ou bruit marketing ?

 

Si sa création visait au départ une communion mondiale pour la paix dans le monde, la journée de l’orgasme vise aujourd’hui à libérer la parole et est l’occasion de sensibiliser le public à la dysorgasmie et l’anorgasmie, qui touchent une grande part de la population… féminine.


Certains s’apprêtent en lisant ces mots à laisser échapper une remarque sexiste. Non, les femmes ne sont pas plus frigides que les hommes. Non, les performances masculines ne sont pas (toujours) en cause. Ces phénomènes viendraient, outre d’une charge mentale élevée et du stress quotidien, d’un manque de self love, que la gente féminine peine à s’autoriser et assumer !


La journée mondiale de l’orgasme, racoleuse ? Peut-être, mais si elle permet à certain·e·s de parler de sexe sans tabou et de repenser leur façon de pratiquer l’amour seul ou à deux, alors saluons cette tentative de sauver l’humanité par le plaisir !